Anima poète par Czaw

Anima poète

J’ai comme l’impression que tu m’as vu venir
Que tu m’as senti
Inoffensive
Et tu t’es posté l’air de rien
L’œil mi-clos tu profites d’un abri de rocher au soleil
Tu te laisses observer
Tu ne t’alertes pas du crissement au ralenti de la fermeture éclair de mon sac à dos
Tu attends patiemment que je prenne mon petit Lumix pourri
C’est tellement important pour moi d’avoir ton image
Tu prends le temps de t’étirer avant de galopiner doucement dans le vallon
Un bouquet de grandes pattes, une grosse fourrure blanche
J’ai l’envie folle de t’attraper à deux mains, te soulever dans mes bras, plonger mes doigts dans ton pelage, respirer ton odeur
Je regarde tes petits bonds
Tu laisses trois crottes parfaites
En guise de haïku.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s