Claudia est revenue ! par Karin

 

dscn9861Écouter Claudia parler, c’est comme regarder un chat faire sa toilette, une toilette langoureuse et approfondie, voluptueuse et réfléchie. Elle parle de l’eau publique, meilleure à Nuuk qu’ici parce que là-bas c’est de l’eau vive qui coule de l’inlandsis et non de l’eau de lac. Ou des types physiques groenlandais actuels, un étonnant éventail, de l’européen à l’asiatique. Ou de la ville minière de Qullissat, sur l’île de Disko, dont les habitants ont été déplacés vers Nuuk contre leur volonté en 1972 après que le Danemark a fermé la mine de charbon. Ou d’une certaine baie ronde si harmonieuse, avec ses petites maisons tout autour, qu’elle lui fait penser aux Féroé… Sauf que je ne suis jamais allée aux Féroé, poursuit-elle en souriant.

De père groenlandais, de mère féroïenne, Claudia est depuis plus d’un an marin-pêcheur sur le chalutier-crevettier éponyme. C’est son père l’armateur et parfois le capitaine. Il a donné à son navire le nom de sa fille, sans penser qu’elle demanderait un jour à devenir matelot. D’abord, il a refusé : Tu ne me connais pas sous ce jour, je vais t’engueuler et de toute façon c’est trop dur. Elle a insisté –depuis qu’elle est petite elle répond aux gens Je veux être pêcheur comme mon père. Et elle a embarqué. Oui, elle s’est fait engueuler et, au début, elle n’était pas courbaturée, non, elle avait l’impression que son corps était carrément brisé (chaque matelot manipule seul les caisses de 35 kilos : couche de crevettes, couche de glace, couche de crevettes, etc), oui elle a dû pousser à son tour les gars qui lui donnaient une bourrade pour l’éloigner d’un boulot (traduction de ces gestes : – Une femme ne pourra pas faire ÇA –Tu vas voir que je PEUX le faire.) Quand il y avait par extraordinaire un moment de relâche pour dormir, en arrivant dans sa bannette, de rage, elle tapait la cloison. Réapparaissait avec un sourire. On s’habitue. On y arrive, bien.

Elle va travailler à bord encore quelques mois. Puis reprendre des études. Peut-être suivre cette formation en Islande : droit maritime arctique, pour défendre les quotas des peuples autochtones.

Claudia-le-chalutier est, d’après le mécanicien féroïen Thomas, le meilleur bateau du Groenland dans sa catégorie. « C’est un bateau intelligent ». Il a des panneaux à flottabilité, qui épargnent les fonds. Des câbles de chalut en spectra, coûteux mais légers, qui permettent d’économiser le carburant.

Les campagnes durent cinq jours maximum, c’est l’usine qui fournit la glace au départ et traite la pêche au retour. Mais aujourd’hui Claudia est au port parce que le chalut a croché, il y a de la casse. Un cul de chalut à remplacer.

dscn9851
Claudia
dscn9559
Le Claudia au port d’Aasiaat

 


Une réflexion sur “Claudia est revenue ! par Karin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s