Entre Baffin et Groenland, par Philippe Oddou

Dimanche 31 juillet : Il faut savoir attendre le bon moment pour traverser le détroit d’Hudson, entre le Nord du Labrador et l’ile de Baffin.

Ce passage étroit (40 miles) relie l’immense baie d’Hudson à la mer du Labrador et à chaque marée, le flot ou le jusant génèrent de forts courants et une mer jamais tranquille, à fortiori quand le vent d’Est y souffle à 20 nœuds.

Alors avant de l’embouquer, le fameux détroit, nous sommes restés 4 jours blottis dans un tout petit fjord de l’archipel des Buttons Islands, qui forme comme un point minuscule sur le I majuscule de la pointe extrême Nord du Labrador. Nous sommes encore allés randonner parmi des paysages hallucinants forgés par les roches volcaniques et les petits lacs de fonte, toujours à la recherche de l’ours …

Pas plus d’ours ici que dans les grands fjords explorés auparavant, mais les reliefs d’anciens festins matérialisés par des squelettes de phoques aux cous brisés !

Keven s’est essayé au tir au fusil anti-ours mais la mire n’est pas encore bien réglée alors mieux vaut ne pas l’avoir croisé sur notre chemin, le roi de l’arctique, sinon c’est peut-être nos squelettes que les prochains promeneurs auraient trouvé, dans un ou deux étés, voire plus …

Car il n’y a pas foule au mouillage de Button Island, si ce n’est les pétrels qui nichent de ci de là dans la belle falaise, et c’est ma foi un bel endroit pour finir en beauté le mois de juillet !

On pense parfois à ce qui se passe dans notre bon vieux pays civilisé, où ce dernier dimanche de juillet fut sûrement un nouveau jour de grande pagaille sur les autoroutes des vacances : le sacré chassé-croisé entre ceux qui aiment juillet et ceux qui préfèrent août …

Pour notre part en guise de chassé-croisé, entre notre départ dimanche à 2 heures du mat et l’apéro du lundi 1er aout, nous avons vu en tout et pour tout, au loin, un cargo qui descendait vers le sud depuis le Groenland.

Et surtout, après avoir attendu patiemment la rencontre de la banquise, encore tenace autour de l’ile de Baffin, nous avons traversé sous un beau soleil et un ciel tout bleu un vaste espace de banquise disloquée sur lequel une ribambelle de phoques faisaient la sieste en se frisant la moustache, par petits groupes, sur leurs rabanes de glace !

Nous étions presque désolés de les déranger et de les voir se mettre à l’eau (pas vraiment chaude) alors cap’tain Phil a mis le Baudouin sur Off et nous avons déambulé parmi la colonie de vacances en silence, sous grand foc et voile d’artimon !

Un chassé-croisé absolument magique sans la moindre perturbation, si ce n’est quelques soupirs de petits phoques à peine audibles dans le clapotis des glaces.

C’est ça, le passage de juillet à août à bord du Manguier, entre île de Baffin et Groenland : on a bien d’y être, à ce moment là !

Photo El Girandulo
Photo El Girandulo

2 réflexions sur “Entre Baffin et Groenland, par Philippe Oddou

  1. Beaux textes et belles images qui nous font partager à 1% ce magnifique voyage avec tant d’humanité et aussi d’humilité face à cette Grande et Belle Nature ! Elina

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s