Merci soeurette, par Phil le marin

… pour ce joli poème de Yang Wan Li (1021/1086) que tu m'as envoyé ce matin … ça m'ôte toute culpabilité de déboucher une bonne bouteille !

 

"Souffrant du froid
 je bourre le poêle rougeoyant et enfile tous mes vêtements
 mais c'est seulement après une coupe que je ressens une chaleur euphorique
 les gens disent qu'après le givre le froid est insupportable
 ils ignorent qu'il y a du printemps dans une jarre de vin"

 No translation for the poem, sorry …

Quant au rangement des vivres, il attend patiemment le reste de l'équipage !

DSC_0033

DSC_0035

DSC_0034


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s