Trois phrases de Jean Proal, pour ceux et celles qui volètent entre Seyne-les-Alpes et Manguier-la-Banquise, par K.H

Jean Proal est né à Seyne-les-Alpes en 1904 et, les filles et les gars, vous connaissez certainement ses écrits. Moi je viens seulement de les découvrir. J’aime beaucoup ce passage glané dans « Les Arnauds » (Denoël, 1941). Il  me fait penser à vous :
« Si je taille les copeaux de mélèze qui serviront demain à allumer le feu, pourquoi ne pas leur donner de belles formes : celui-là sera une lame courte, celui-là une corne aigüe de chamois, celui-ci une aile d’épervier fine et sèche. Le tison de bois gras qui éclairera la veillée, fiché dans un anneau de la cheminée, pourquoi ne pas lui donner au couteau la forme déjà d’une flamme? Ainsi, dans l’ombre tiède des premières cavernes, l’hiver a dû susciter la poésie, consolation des hommes. »
Cécile Zawieja

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s