Complainte du phoque cendré, par Oïjha

Complainte du phoque cendré

(sur inspiration et air de la « Complainte de la Blanche Biche », légende du Moyen-Âge, France)

 

La mère, la fille vont au rivage
L’une sourit, l’autre soupire
C’est qu’elle porte au cœur un présage
Que rien n’apaise ni ne retire 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

Sous ses cheveux se dessinait
L’empreinte bleue du phoque cendré
Et pour son malheur chaque nuit
Dans l’océan se transformait 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

« C’est que, ma mère, je ne puis fuir
Cette destinée qui est la mienne
Dessous les flots toujours partir
Sans qu’à la berge on me retienne » 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

« Hier les chasseurs m’ont vu
Et ont préparé leur harpon
Le pire est mon frère Angaju
Son geste est clair comme l’horizon » 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

Assemblés au festin de chair
Le soir venu tous festoient
Angaju mange près de sa mère
Qui soudain murmure tout bas 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

« Tu es le chasseur le plus fier
Mais dans le fjord nage Nuka
Retiens donc ton harpon de fer
Ou bien ta sœur tu tueras » 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

Angaju rit et n’en croit rien
« Vois-tu les kayaks sont prêts
Ma mère nous chasserons demain
Pour attraper ce phoque cendré » 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

Et sous la terrible clarté
Nuka se débat et se cache
Mais les chasseurs sont lancés
La vitesse efface leurs traces 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

Angaju la voit le premier
De son geste fort il envoie
Le harpon qui soudain rougeoie
Dans les eaux noires elle est touchée 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

Hissée à bord, on la dépèce
Et son pelage est retourné
Quand soudain sous son sein doré
On voit le cœur d’une déesse 

Nuka prend garde
La lune est ronde
Nuka prend garde
La glace gronde 

Sous ses cheveux se dessinait
L’empreinte bleue du phoque cendré
Et pour son malheur chaque nuit
Dans l’océan se transformait 

Oïjha
www.oijha.com/auroras-corpus

 

 


Une réflexion sur “Complainte du phoque cendré, par Oïjha

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s