La poésie, transcription du sensible, par Oïjha

Toucher

 Toucher
Et l’Univers basculer dans une autre clarté
La carte se déploie
Sans route ni traverses
Encore
Mais luxuriante d’une infinie beauté
D’une inconnue tendresse

 Toucher
Et l’air devient lumière
Où je te reconnais enfin
Semblable, Humain,
Jumeau imparfait
Partage de matière
Où la conscience naît d’une unité de frères 

Donne moi la main

 Toucher
Rien n’est dit sur Terre
Mais tout est révélé
Et du Zéro au Un
Je ne crains plus ni Dieu, ni l’Enfer
A tes côtés
Et pourtant éphémère

Oïjha

www.oijha.com/auroras-corpus

Photo Théo Giacometti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s