26 janvier 2018 – 23h30, par Oïjha

Et puis, il n’y eu plus que leurs rires, leurs regards autour de la table de jeu, centre de ce petit monde, lumière au cœur du Manguier, chaleur, beauté, virilité de leurs voix.

Moi, je regarde, j’absorbe ce plaisir au cœur de moi, comme un trésor. Témoin silencieux de l’exceptionnel quotidien. Et j’écris :

Chalutage

Nue
Je porte la robe faite du Grand Filet
Qui pendant des siècles a parcouru
La mer
Le ciel
Toutes les immensités
Cordage rêche, usé, mille fois rapiécé
Sur ma peau, sur mes pas
Sillage salé

Souvenirs qui ne sont pas les miens
Histoires à dormir debout
Toutes tissées, prises, emmêlées dans ces mailles
Et puis
Leurs baisers
Leurs mains
Leurs rires
Ici, au genou, leur silence adoré

Drapée dans cette étoffe vide
Lourde, toujours inachevée
Je ris et danse
Aux étoiles de mer
Filantes
Sur la banquise d’été

Oïjha

www.oijha.com


Une réflexion sur “26 janvier 2018 – 23h30, par Oïjha

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s