Un incroyable rodéo, par Phil le marin

Deux jours de pluie et de vent. Deux longs jours à entendre les gouttes marteler le pont. Bien pire que le soleil, la pluie fait fondre la neige a une vitesse surprenante. L’a faite fondre mais ailleurs, là où elle était très épaisse, l’a gorgée d’eau. Autour du bateau, dans la baie, c’est à nouveau comme au tout début de l’embâcle: lisse et sans relief. Et très près du bateau, c’est déjà (enfin ?) la piscine qui se forme !

La piscine en formation

Vivant reclus du monde tel le qivitoq* moyen, il me faut quand même de temps en temps aller à la ville … Alors aujourd’hui, soleil, pourquoi pas. J’avais pris la précaution de laisser le skidoo à terre, mais l’ennemi vient rarement du côté où on l’attend: je me méfiais de la banquise, c’est en fait à terre qu’étaient les vrais difficultés … la neige n’est plus que de l’eau, et les lacs ont commencé à dégeler, voir sont dégelés pour certains. Descendre à Aasiaat m’a valu de grosses poussées d’adrénaline, le coeur battant à tout rompre, le pouce en permanence appuyé à fond sur l’accélérateur ! La piste habituelle est devenue impraticable. Il m’a fallu aller, revenir, chercher un passage, m’enfoncer jusqu’à la garde, me penser complètement aspiré puis réussir à rebondir, balancer le skidoo de droite de gauche pour essayer de trouver une accroche … Bref, ce fut épique, et le mot est sans doute encore faible.

J’ai pu arriver jusque devant la maison de Peter, après avoir traversé « au sec » quelques routes ! Le skidoo attendra là les prochaines neiges …

Car il est bien probable que cette première résidence soit suivie d’une autre l’hiver prochain ! Comme vous vous en doutiez peut être ! Il est encore un peu tôt pour mettre en ligne l’appel à candidatures, mais il me semblerait dommage que tout l’investissement réalisé et tous les enseignements reçus ne débouchent pas sur un Après. Peut être ailleurs qu’à Aasiaat, certainement même, mais je sens que je commence déjà à dévoiler mes petits secrets !!!

En attendant, le Manguier restera cet été bien sagement dans le port d’Aasiaat. Pas de navigations programmées, lui et son capitaine ont besoin de souffler un peu !

*Qivitoq. Ceux d’entre vous qui ont lu les livres de Riel savent déjà un peu ce qu’est un Qivitoq. C’est pourtant encore une « réalité groenlandaise », bien que faisant référence à de lointaines croyances. La façon d’expliquer et les opinions sont assez variables. De façon simplifiée, on peut dire qu’il s’agit d’un être humain qui, suite à une grosse déception ou un acte répréhensible (et c’est là qu’intervient aussi la notion de bannissement), part se réfugier dans la Nature. Là, en vivant seul avec les éléments, il acquiert des pouvoirs surnaturels. Il rôde, et l’hiver, quand la nuit est longue, il vient très près des autres hommes. Là aussi, les avis différent: selon certains, le Qivitoq est foncièrement mauvais. Selon d’autres, ils peuvent être bons ou mauvais …

Quoiqu’il en soit, réels ou non, on parle encore beaucoup de Qivitoq au Groenland … Et quand on vit seul à bord d’un bateau pris dans les glaces, forcément, on y pense ..!

Kaasarfik sort de la brume
Sculpture éphémère …
Un maître mot: ne pas se laisser abattre …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s