Silarluppoq et G.U.X., par Karin H.

18 janvier. Silarluppoq, mauvais temps. Plus précisément : perluppoq, tempête de neige. Le vent neigeux estompe la ville, molletonne les chaussées, noie les yeux et pince les pommettes. J’ai la sortie des narines qui colle.

Je me dégivre au G.U.X. En danois, G.U.X.= Gymnasium+Éducation+Examens. C’est le lycée. Ze lycée pour tout le Nord du Groenland. Je remplace pendant une semaine Jette Larsen, la prof de français (sur les quatre lycées que compte le Groenland, seuls ceux de Nuuk et d’Aasiaat proposent l’enseignement de cette langue). Je loge à l’internat.

Groupe de niveau 2, l’équivalent de notre classe de 1ère. L’âge de ces élèves : entre 17 et 46 ans.

Il y a 3 niveaux, et Jette m’a ménagé une séance de 3 heures avec chaque groupe. Nous batifolons entre petits dialogues de français élémentaire, rappel des insensés périples arctiques du Manguier, jeu mémo-technique des quasi-homonymes groenlandais-français (1), satisfactions éparses de curiosités réciproques variées (2), enfin – surtout – évocation biculturelle de la nuit polaire dont nous sortons à peine. Version à partir d’extraits de mes textes sur le sujet, micro-atelier d’écriture en groenlandais, thème, lecture à voix haute en chœur et en solo … autant de tests pour la réalisation du projet de lecture publique bilingue.

Le niveau 3 – notre terminale. Inuk, le rebelle de gauche, a écrit : « Je trouve ça chouette quand le soleil arrête de se lever, il brille trop fort pour mes yeux ». René, le beau gosse qui sourit, est un musicien de renom.

En bonus, un conseil (fruit de ces échanges en milieu lycéen): si vous voyez une aurore boréale, il ne FAUT PAS siffloter ni siffler ! Si vous le faisiez, on viendrait vous couper la tête. Les aurores boréales, ce sont les ancêtres qui jouent au foot dans le ciel avec les têtes coupées. « Quand nous étions petits, nous étions terrorisés à cette vue, nous nous précipitions à la maison ! » 😊

Et les dernières nouvelles de Kassarfik. Ceux du Manguier me SMSent : « Blizzard à décorner les umimaks ici. Mais ça bosse dur. »

Je me demande si la coque sera enfouie dans une congère.


  1. Ça va = mouton
    À dada = papa
    Ananas = maman
    Ah c’est ça = petite chérie
    Panique = fille
    Arnaque = femme
  2. Avouons que, à l’oral, l’anglais est d’un grand secours pour la compréhension mutuelle.

Une réflexion sur “Silarluppoq et G.U.X., par Karin H.

  1. « Cul (ass) > culotte », « veste » et « tricot », « pipeau », « la guitare », « il est encore trop tôt », « être en retard », « chanter »… : extraits du cours de français inscrit au tableau (cf photo 1, ci-dessus)… Chépas quel auteur ils étudiaient avant ton intervention mais on dirait que tes élèves sont fin prêts pour Brassens… Elle va rigoler Jette !

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s