Bibliothèques, par Karinipaluk

dscn9943
Bien que signé KA., non ce n’est pas mon autoportrait. C’est Kârale Andreassen, peintre est-groenlandais, qui a réalisé ce dessin vers 1919.

La nuit arctique prend de l’ampleur. C’est le moment de se jeter sur les trésors des bibliothèques. Je tente d’être méthodique : me réserver celle du Manguier pour quand nous serons dans les glaces de Kaassarfik et présentement hanter les rayons de celle d’Aasiaat, coquettement installée dans une maison historique. J’y redeviens enfant car les livres sont en groenlandais et en danois. Je REGARDE LES IMAGES !

Je reste souvent tanquée à un rayon que je me définis « Culture groenlandaise ». Bouquins grands et petits, révélant les œuvres de sculpteurs sur stéatite, sur marbre ou sur neige, sur dent de narval ou de cachalot, sur bois flotté ou bois de renne, les œuvres de photographes des campements de 1930, des immeubles et des grafs du Nuuk actuel, des chasses au bord de la glace en 2014, les œuvres d’Eskimos polaires tenant pour la première fois de leur vie une feuille de papier et un crayon (donnés par Knut Rasmussen et Haralt Moltke en 1903), d’aquarellistes-chasseurs-en-kayak documentant leur propre vie avec précision et humour, de peintres modernes de tous styles, croûteux ou moins croûteux… Bouquins décrivant en détail le perlage des manchettes en laine de bœuf musqué, la découpe des carcasses de phoques, la confection de pantalons en peau d’ours, le découpage des guirlandes de Noël… Bouquins traitant des chansonnettes à cajoler, des chants pour duels ou des chansons du groupe de rock Sume, avec les paroles… que je comprends ! Tremblant de fébrilité, je découvre que certains éditeurs de Nuuk publient des livres trilingues, une version du texte est en anglais ! Alléluïa !

Le bibliothécaire vient me parler, je devine : On ferme !

Aujourd’hui, je suis enfin tombée sur le lexique groenlandais-anglais que Captain’ Phil m’avait recommandé. Grâce à quoi je peux signer ce billet par l’équivalent groenlandais de « Karinoushka ».


Une réflexion sur “Bibliothèques, par Karinipaluk

  1. Sur qu’avec la bibliothèque du Manguier on ne risque pas de s’ennuyer pendant plusieurs hivers …
    et plusieurs étés !
    On y trouve à peu près toute la belle littérature des explorateurs d’Océans (y compris le Journal de bord de Pytheas le Massaliote), des livres de cuisine grâce auxquels on peut devenir aussi bien chef corse que chef breton ou même scandinave, voire chef indien (chef cuistot bien sur), des livres sur toutes les flores et les faunes des deux hémisphères, sans compter les grands petits livres sur la condition humaine de maîtres comme Jorn Riel ou Marcel Pagnol … et les perles de Karin Huet bien sur !
    Quant aux livres que Karin est sensée lire en groenlandais dans la bibliothèque d’Aasiaat, alors là c’est une autre paire de manches !
    Voilà à quoi ressemble le titre d’un documentaire de la revue Arnanut que j’ai ramenée de là-haut en aout :
    Usunnik titartaanissaq ajornakusoortoq !
    Il s’agit d’un article sur l’éducation sexuelle et le bon usage des préservatifs : absolument incompréhensible … alors j’ai fait comme Karin : j’ai maté les images !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s