Deux mammifères sur la banquise, par CZH

Postée à l'avant du pont, à l'abri du vent, je chauffe. J'emmagasine avidement les rayons de soleil. Sous la polaire du caleçon, la laine du bonnet, le duvet de la doudoune je stocke béatement cette bonne chaleur.

A environ 300m sur bâbord, j'observe une tâche sombre, un tas oblong. Caractéristique du phoque vautré sur la banquise. Visiblement il chauffe, lui aussi. De temps en temps, il change de position, sa silhouette s'inscrit en forme de virgule. Typique de la bête en train de bananer. Ça consiste à se mettre en équilibre sur un point du ventre en relevant la tête et la queue dans le but de diminuer au maximum le contact avec le sol et du coup la surface d'évaporation, source de refroidissement. L'exercice relève d'une certaine maîtrise de soi, digne d'un yogi accompli. Il s'avachit à nouveau. Je vois bien qu'il fait comme moi. Par tous ses poils, il stocke avidement la chaleur du soleil, se réconfortant de 6 mois passés sous la banquise.

À droite, une vibration me fait lever les yeux, deux cygnes batifolent en vol. Ils se poursuivent en virevoltant au ras de la glace. Ce qui vu leur structure aéronautique de gros cargo au long cours ne laissait pas soupçonner la capacité de telles prouesses aériennes. Mais le printemps semble avoir plus d'un tour dans sa poche ! Je regarde à nouveau la tâche. Immobile. Ça chauffe. C'est bon.

Le ciel est bleu, les collines terre de sienne, la banquise turquoise. Une journée de grande fonte en prévision.

6a00e54f02354d883401a3fcaf209c970b-800wi.jpg


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s