Woody, par Phil le marin

Woody est malade. Il a cette saleté de Parkinson depuis des années. Il marche à tout petits pas. Cela ne l'empêche pas d'être le directeur d'une des plus grosses conserveries de Kodiak. En pleine saison, c'est à dire de mai à octobre, elle emploie 200 personnes à temps complet. Pendant l'hiver, Woody est à Seattle, pour y faire de l'administratif.

Woody est extrêmement humain. Il a tissé des liens forts et soutenus avec les "natifs", ce qui est loin d'être le cas de tous les "blancs". Il s'adresse à ses ouvriers – presque exclusivement des Philippins – avec déférence et gentillesse. Pas de celles suggérées par son poste, ou par sa religion. Une attention humaine, toute simple.

Une fois encore, Woody a pris le temps de tout nous faire visiter, et quand on connaît le rythme de travail "à l'américaine", cela prend une valeur toute particulière.

Merci Woody. Cela fait beaucoup de bien de rencontrer des gens comme toi tout au long de la route. Une sorte de réconfort, de réconciliation avec le genre humain …


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s