L’Alaska qui chamboule les préjugés, par Karin Huet

D'abord, c'est jeudi, une journée-sucette en mer, visibilité extraordinaire, d'un bord à l'autre de la Mer de Béring (en fait, Bristol Bay, le cul de sac au fond à droite). Au sud, un massif montagneux blanc comme un iceberg ; au nord, des petits chicots pointus qui semblent des îles et n'en sont pas (la carte montre une côte marécageuse avec des montagnes en retrait). Soleil, petite brise, petite mer, morses fugaces. "Une apothéose?", se demande Phil.

Puis c'est l'embouchure des Wood et Nushagak Rivers, de nuit. Pas tout à fait l'Amazone mais plus large que ce qu'on imaginait. Avec le vent, le courant de marée et des bancs de boue qui s'entrechoquent et qui ont certainement bougé depuis qu'ils ont été cartographiés. Attention et, même, tension à bord. Heureusement la pleine lune luit et Captain Phil est taillé pour l'Aventure. Un alignement lumineux comme guide, quand même. Mouillage. Sur la rive, on croit distinguer DES ARBRES ! Au loin en amont, des loupiotes oranges.

Au matin gris, on s'enfonce plus avant dans l'inconnu et entre les bancs. Concentration extrême à bord. Personne ne répond à nos appels VHF. On tâtonne, la quille du Manguier tâte le fond, nos cœurs se convulsent.

Des arbres, pour de vrai, des villas, des voitures particulières !!! Dillingham.

Finalement, un quai, devant une conserverie. Des costauds (en hauteur, en largeur, en épaisseur) émergent de la bruine, s'occupent un peu de nos amarres, sourient. Le capitaine du port, qui ne répondait plus à nos e-mails, surgit enfin. Un costaud en hauteur et en largeur, souriant, (ce portrait physique est valable pour quasiment tous les Alaskans qui seront désormais évoqués). Sur son T-shirt : "Making it more than a mudhole". Il nous propose un pilote, Dennis, pour entrer dans le "trou de boue" en question, à savoir le petit port. Et confirme ce qu'il nous avait suggéré par e-mail : ce port gèle et le balancement des marées y crée des crêtes de compression qui "twisteraient" le Manguier.

Bon. Mais Dennis, capitaine d'une barge de ravitaillement, nous donnera des conseils, des cartes, des Instructions Nautiques, pour que nous puissions poursuivre notre route. Judith et Phil vont pouvoir charger les derniers fichiers météo sur leurs ordinateurs. Les formalités d'immigration ? Pas possible ici mais allez en ville, les gars, qui vous arrêterait ?

On est vendredi soir, on va au snack de Bill se repaître de hamburgers au saumon royal (nous nous trouvons dans la zone de pêche au saumon sauvage numéro 1 mondial) et de cidre chaud aux épices. Phil, infatigable, tchatche avec un couple assis à la table voisine… Que le lecteur nous pardonne notre silence-blog jusqu'à aujourd'hui. C'est que, ce soir-là, débute pour nous, sevrés de terre et de contacts humains depuis de si longues semaines, un week-end trépidant, inouï, gratifiant !!!

Pour le Manguier aussi ! Il vit son premier échouage contrôlé, à marée basse, appuyé contre le quai. Sa sous-marine écologique est bien propre (libre d'algues), quoique assortie à la vase portuaire. Il a au moins une nouvelle bosse (la glace…).

Quant à nous !!! Judith et Le Scribe sont invités à la chasse, Judith hérite un thorax d'oiseau. Légumes (du jardin !) et conserves (maison) de saumon et confitures (maison) de salmonberries et viande d'élan congelée et yoyos en peau de phoque ou de castor et livres sur la région et flotteurs en verre japonais, et j'en passe, s'accumoncellent, flux continu, sur la table du carré.  C'est un grand potlatch. Phil fait une superbifique présentation du voyage du Manguier à l'université d'Alaska, puis à l'école primaire. Nous dînons chez Todd, le prof d'environnement, languettes de saumon séché, tarte aux noix et aux huckleberries, et j'en passe. La pleine lune du samedi nous voit nus dans la forêt, adossés à la cabane-sauna d'Andy, à écouter les hurlements des vingt-cinq chiens de traîneaux du voisin. Nous déjeunons chez Rod, viande d'élan, trois sortes de saumon, champagne maison, et j'en passe. Saddie, huit ans, danse et chante la cueillette des baies arctiques et des moustiques. Adam nous conduit au lac Aleknagiq, qu'on voie un peu le pays, quoi, les spruces et les bouleaux dans leur éclat automnal se reflètent dans l'eau. Le crépuscule de dimanche nous trouve pataugeant derrière Rachel dans la toundra à castors et la forêt à grizzlis. Et j'en passe. Gregg cet après-midi, nous offre un chargement de bois de chauffage, un morceau d'élan, des préservatifs (sic), des stickers et un CD de Greenpeace. "Aahh! Je suis content!! Aujourd'hui j'ai aidé quelqu'un!!!"

Surtout, chacun en ville s'occupe du problème du Manguier : où hiverner ? Chacun nous fait profiter de son expérience. On nous conseille Kodiak, Homer, Seward . Désormais nous avons un idée nette des possibilités.

Nous repartons à la marée de ce soir, émus, ragaillardis et confiants, vers le sud-ouest, vers False Pass, le chenal entre la Péninsule d'Alaska et l'île Unimak.

Dillingham : oui, une escale-apothéose !


2 réflexions sur “L’Alaska qui chamboule les préjugés, par Karin Huet

  1. Qui aurait cru Dillingham paré de telles vertues! la lecture attentive de Wikypedia annonçait un sacré port de pêche, pas tout-à-fait une villégiature pour femmelettes….Mais plus rien ne trouble l’équipage du manguier : endurci et solide comme l’airain !
    Merci Karin, tout y est : la tension et l’émotion, l’inépuisable provision de nos rêves à venir et jusqu’au vertige du saumon séché….
    Bises à tous,
    Pierre D.

    J'aime

  2. Le lecteur vous pardonne bien volontiers votre silence blog (même si, sans nouvelle, ce lecteur a un peu tendance à imaginer des problèmes): quelle belle étape, quel beau récit, et quel bonheur de savoir que vous avez pu souffler un peu: vive l’Alaska et ses habitants! Espérons maintenant un nid douillet et « aléoutien » pour le Manguier, et – – – – vous revoir bientôt. Nous vous embrassons tous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s