Suspense en mer de Béring, par Karin

Nous ne sommes plus que 5 adultes au lieu de 8 à bord. Nous passons donc chacun plus de temps en timonerie et le nez sur les cartes de l'ordinateur. Le lecteur pourrait en conclure que, en particulier comme en général, nous savons où nous allons. Que nenni ! Plus que jamais, le suspense est là. On suppute, on suppose, on soupèse le contre et le pour.

On suppute. Je parle de l'équipier. Hier, aux petites heures du matin, par exemple, saut-de-carpant dans ma couchette, un bras croché dans l'ouverture de l'équipet (placard adjacent à la couchette), l'oreille pas loin de la muraille violemment souffletée, je présumais que la situation ne pouvait que s'améliorer (ou alors…) : on  doit être en train de raser le cap, sur des hauts-fonds, vent contre houle. Ce matin, percevant de la couchette que le bateau balance moins que quand j'ai quitté la barre : Ah, je parie qu'on a choisi l'option Dillingham au lieu de Port Moller.

On soupèse. Je veux parler de Phil. Il s'est mis en relation e-mail avec différents "harbour masters" – Nome, Dillingham, Dutch Harbour, King Cove, Sand Point – et on attend avec impatience leurs réponses concernant les possibilités d'hiverner chez eux. On attend, on analyse quand ça vient, et il faut en même temps jongler avec les "fenêtres météo" plutôt brèves en automne dans la mer de Béring, et la rotation des vents et des houles, et l'absence de cartes détaillées dans une zone mal balisée.


6 réflexions sur “Suspense en mer de Béring, par Karin

  1. Entre les effluves intrigantes du chaud bouillon et les savants suspenses du brouet à la Karin nous commençons à percevoir les inquiétantes subtilités de la navigation dans le potage…sauce Béring.
    Avons hâte de voir le prochain point rouge se fixer dans un havre réparateur, sinon douillet ! pour le vaillant équipage.
    Bises à tous !
    Pierre D

    J'aime

  2. On dirait que vous êtes arrivés. C’est joli là bas? Ce ne doit de toutes façons pas être pire que Dutch Harbour, si l’on en croit Gontran de Poncins. On attend avec impatience des nouvelles de votre installation.
    Amitiés
    Patrick et Anne Marie

    J'aime

  3. Je pense à la petite chatte sur Iris – bien avant Fredaine et Jeune Homme, était -ce Malouf?- et je scrute, les yeux ronds comme des soucoupes à lait, le tambour écumant de ma machine à laver en imaginant vos têtes entre les draps et les chaussettes! Décidément, entre frigo et lave linge, ce périple nous évoque des comparaisons bien électro-ménagères! Cette fois-ci, c’est toi Ulysse: accroche toi au mât.

    J'aime

  4. De retour d’un Vietnam bien chaud et bien humide à cause notamment du typhon Ketsana, je reste fidèle à l’équipage du Manguier même s’il a été quelque peu réduit.Je lui souhaite de trouver le meilleur coin pour hiverner, tant pour la nature que pour l’environnement humain. Ce soir, je retourne à l’aéroport CDG non pour partir mais pour accueillir avec bonheur la famille Vagabond.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s