France au nid de pie, ou comment les Vagabond couvent leurs enfants, par Karin

France a le ventre en forme d'œuf. Elle y abrite une oisillonne de 6 mois.

Les glaces flottent, gracieux bibelots, autour du Manguier qui taille sa route à 9 ou 10 nœuds. "Tu sens comme ça a calmé la petite houle ?", dit France, radieuse.

Les glaces flottent, archipel pas-en-cristal, resserré autour du Manguier qui slalome à 7 nœuds. "Il faut vraiment quelqu'un dans le nid de pie !", dit Judith, qui barre, concentrée, assistée du Captain (la barre tourne, plus vite que la roue de la fortune, plus vite que la roue du croupier). France se revêt de duvet, et le torse, et le torse, et la tête, et la tête, alouette, gentille alouette. Elle grimpe l'échelle, le ventre de côté. "J'y suis !" dit sa voix, ravie, à la VHF. Et, du haut du mât, enthousiaste comme toujours, son chant d'oiseau des glaces guide les Mangonautes rassérénés : "Après les blocs un peu marron, tu vas à 45° sur bâbord puis tu peux reprendre le cap… Tu passes entre les deux petits, ça devrait passer, ensuite, devant la grande plaque, tu fais un gauche-droite…  après tout est clair pendant un moment mais à l'horizon c'est tout blanc…" Une heure plus tard : "Sur bâbord c'est tout blanc mais devant je ne vois que du bleu !" Le Manguier retrouve l'eau libre. On voit les pattes de France se poser, doucettement comme toujours, sur le pont, puis son visage de Dame-Oiselle à la Vermeer nous offre un de ses innombrables sourires.

393_Navigation_brume_et_glaces_3

NB: Captain Phil : "Les glaces, au début, tu prends des photos, après tu serres les fesses".
NB: Pilot Éric : "J'ai demandé à Christian différents fichiers glace; d'habitude je prends ceux des Allemands mais on n'y voyait rien. Mais, sur celui des Russes, on voit bien la langue de glaces qu'on a traversée."

Cette navigation-surprise du 15 septembre, dans les glaces, a duré 8 heures. Dont 4 heures dans les glaces denses, de 11 à 15 h.

Maintenant, après une nuit enluminée d'étoiles, de dé-croissant de lune, et de serpents d'aurores boréales diffuses, le soleil nous chauffe, nous voyons la côte que nous longeons (chose inouïe!) et  nous entrons en Mer des Tchouktches!


4 réflexions sur “France au nid de pie, ou comment les Vagabond couvent leurs enfants, par Karin

  1. Merci Karin pour ce recit, on palpite ! Impressionnante France pour guider ainsi le Manguier dans les glaces tout en portant l’Oisillonne ! J’aime aussi beaucoup les deux NB de Captain Phil et Pilot Eric.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s