Ile Bianki, par France

Neige, ours et passe sans sonde, jubilation ! Fin août tient ses promesses de fin d'été…

Nature offerte : une femelle et ses deux oursons nous accueillent à l'autre extrémité de la ballade. Seront ils les premiers à l'annexe ? Non. Brume, bruine, bonheur de fouler ce sol spongieux semé de tâches rouges et des menhirs dressés par le gel. Un peu plus tard, nos trois compères poilus dorment devant le Manguier… Magie d'un instant. Les voir humer intrigués, les sons de l'accordéon. Tristan joue pour eux.

On tourne autour de l'île. Ce matin, passage "exploration" sans sonde, ni même trace sur la carte de l'îlot planté au milieu de la passe. Faut le guide dans le nid de pie : Judith observe les cailloux et les zones sombres. Je suis ravie de transmettre ses indications au barreur; réminiscences de navigations du même type avec Vagabond. Nombreuses dans l'Arctique. Philippe aux commandes écoute Éric qui, fenêtre ouverte, transmet à son tour. Pas trop à gauche, cailloux à droite… On talonne, mais on passe.

Et la neige qui tombe, qui tombe, oblique.

Matin suivant: tout est blanc. Vive le cocon Manguier, et son poële nourri au bois flotté, capable de contrer les 0° du dehors. Accentué par les rafales à 30 nœuds, pas si chaudes…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s