Un week-end en mer de Kara, par Karin

Vendredi soir et samedi matin : on est chiffons. Grand frais dans le nez, creux de 3 mètres 50. On trace un zigzag d'espèces de bords plats dans l'ouest de la péninsule Yamal.

Samedi après-midi, ça mollit mais on sait que, au coin de l'île Blanche où'c'qu'on va, ça souffle encore fort et ça bouge. "Comment faire pour attendre ?", se demande au soir Phil-le-Marin. Stoppe le moteur, amarre la barre. Son gros cul à la vague, le Manguier nous offre une nuit de délice, doux bercement, douce dérive. Phil est content de sa trouvaille. Au petit matin, je le trouve en timonerie, penché sur les cartes du Passage, à débusquer les mouillages abrités, car il a charge de pitchounes (trois en tout, avec celle qui est encore au chaud dans le ventre de France). Son cœur s'envole déjà vers la Tchoukotka, Anadyr, Providenya…

Ce dimanche matin est pour tous une renaissance. Agathe et Léonie font enfin un tour sur le pont. Le Scribe se reprend à citer des textes du 16ème siècle, "La terre est ses prodiges" et alii. On remet en route vers l'île Blanche avec sur bâbord un arc-en-ciel les pieds dans l'eau. La mer est kaki. L'après-midi une bande de ciel bleu fait une apparition entre des pannes grises, "comme du lard", dit Cécile l'Artiste et Reine-de-la-Cambuse : "Ça fait du bien, de voir des couleurs !" La péninsule se laisse enfin apercevoir sur tribord, une bande de terre basse, sombre, avec des taches blanc vif qui ne sont pas des dunes mais des névés, nous apprend Éric. On décide de mouiller à l'abri de la côte ouest de l'île Blanche.

Île spectrale à vrai dire : depuis Le Manguier, croché par 4 mètres de fond, on distingue par instant une ligne grise, avec trois ou quatre molaires : les baraquements d'une "station polaire" ? Puis le brouillard se referme. Le vent siffle, sinistre. L'eau est à 4°. Notre fantasme d'aller à terre s'évanouit. Notre havre, ce sera la carré, le feu du poêle, les rires des enfants, les aventures des voyous que nous fûmes et les saucisses au choux bien brûlant. Puis, nuit exquise, nuit paisible.

Ce matin, au boulot ! Route ! Direction Dikson.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s