18 Juin 2009 – The Orkneys sive les Orcades, par Philippe Rigaud

Depuis l’escale du port de Scrabster dans l’est du cap Wrath (en anglais courroux, mais dont le toponyme d’origine serait d’origine noroise hvarf ce qui signifierait « le point de retour ») on aperçoit au loin, ou pas très éloignées c’est selon, les hautes falaises des îles Orcades, insularités détachées de l’Ecosse.

Les Orcades paraissent, vues depuis le midi, comme un archipel un peu mythique, comme une géographie boréale un peu hors d’atteinte a fortiori pour un méditerranéen en voyage. Cependant ces lieux sont reliés à quelques notions historiques. Heureusement quelques jalons parsèment et rafraichissent toutefois la mémoire.

Il est possible -pour rétablir le lien- que Pythéas le navigateur marseillais du IVe siècle av. J.C. a du atteindre ce pays de Magog où règnait le roi Gog (Ezéchiel 38-39). De fait, l’occupation de cet archipel découpé et partagé en de multiples parcelles de terres émergées remonte fort loin dans le temps. Les preuves d’occupations humaines sont abondantes et édifiantes. De nombreux sites préhistoriques, du Néolithique en particulier parsèment les îles, depuis le village semi enterré de Sakra Brae jusqu’aux rings, circulades de pierres dressées comme celui d’Asgard jusqu’aux tumuli marquant de leur présence un Age du Bronze conquérant et original.

Sans doute le climat était relativement plus favorable à l’occupation humaine qu’à d’autres époques car les vestiges d’habitations de ces périodes montent une adaptation au milieu en intégrant des conditions de vie qui restaient, c’est certain, difficiles en raison de l’isolement, une évidence, des difficultés de navigation dans ces parages parsemés d’écueils et soumis aux grandes houles de l’Atlantique. Plus tardivement dans le Haut Moyen Age les Orcades furent partie de ces terres nouvelles conquises par les Scandinaves de ces temps médiévaux où l’on prenait facilement possession de terres lointaines au nom de royaumes en formation. Ces îles resteront sous domination norvégienne jusqu’à leur annexion par la couronne d’Ecosse à la fin du XVe siècle.

Les Orcades évoquent aussi une histoire contemporaine tragique. Celle du sabordage de la flotte impériale allemande en 1919. Lorsque celle-ci après l’armistice de novembre 1918 et selon les clauses du traité rejoignit la base navale britannique de Scapa Flow elle fut mouillée dans cette grande baie réputée pour sa sûreté. Suite à de graves différences d’interprétation la flotte, plus de 200 navires, suivant les ordres de l’amiral allemand von Reuter s’envoya volontairement par le fond le 21 juin 1919.

Nombre d’entre ces navires furent renfloués par les Anglais, d’autres ferraillés car irrécupérables certains restèrent au fond de la baie. Aujourd’hui encore les épaves de la marine du kaiser présentent un grand intérêt pour les clubs de plongées qui proposent des visites et explorations sur ces grandes carcasses.

Un autre évènement plus tragique frappa au début de la deuxième guerre mondiale la baie de Scapa Flow. En octobre 1939, un mois seulement après le début de du conflit, un sous-marin allemand réussit malgré les obstacles et la défense côtière à s’infiltrer sans être repéré dans la grande base navale et à torpiller le croiseur britannique Royal Oak alors au mouillage. Les pertes furent lourdes car 800 hommes perdirent la vie dans cette catastrophe qui porta lourdement atteinte au moral du pays. Cette attaque surprise et complètement inattendue emmena un renforcement de la baie par de nouvelles obstructions appelées Churchill Barriers. De ce fait, de nouvelles attaques sous marines ne purent être entreprises.

Les impressions des Orcades telles que l’on a pu les percevoir sont bien sûr très partielles en étant seulement resté deux jours dans le port de Stromness. Toutefois on retiendra que l’approche par la mer de ces îles a été spectaculaire le Manguier étant passé très près des hautes falaises de l’île de Hoy d’où se détache avec beaucoup d’effet le old man, monolithe de grès rougeâtres séparé de la falaise et plongeant son pied parmi les roches éboulées et battues par les vagues de la houle atlantique.

Un choix bibliographique personnel mais utile à tous…

J’ai pu trouver une « somme » à la librairie de l’Office du Tourisme de Stromness et que l’on regrettera éternellement et à jamais de ne pas avoir connue auparavant. Il s’agit du livre réalisé par Hamish Aswell-Smith intitulé The Scottish Islands, Edinburgh, 2008, 518 p. Ce gros ouvrage est un guide très détaillé des îles écossaises, depuis celles du sud jusqu’à celles de l’est en passant bien sûr par celles du ponant (les plus nombreuses) et s’achevant au nord avec les Shetlands.

Abondamment illustré de cartes, de dessins et d’aquarelles le livre pourvoit un très grand nombre de renseignements utiles, pratiques, géographiques, géologiques, environnementaux et historiques. Une œuvre de qualité, hautement recommandée, indispensable et nécessaire pour explorer en détail la multiplicité et l’originalité de l’Ecosse insulaire. Sur les Orcades préhistoriques on trouvera sur place nombre d’ouvrages sur tel ou tel site dont le plus célèbre celui de Skara Brae.

En cours de lecture : la Orkneyinga Saga, datée des environs de 1200, relate l’épopée des ducs des Orcades. Un texte épique entre légende et histoire, où batailles, meurtres, sorcellerie et haines familiales se partagent avec grâce et équité.

Ring_orcades


2 réflexions sur “18 Juin 2009 – The Orkneys sive les Orcades, par Philippe Rigaud

  1. Il a un bon coup de plume l’ami philippe!
    On attend longtemps ses textes mais ça vaut le coup!!!
    Je pense bien à vous!
    Aude

    J'aime

  2. Bonjour de la presqu’île de Giens en Méditerranée.
    J’ai lu « naufragés de Pietro Querini conseillé par Philippe. vous allez dans la même direction et j’espère plus confortablement.
    J’ai le plaisir de découvrir ces paysages que je connais mais avec le regard de marins arrivant par la mer.
    Bonne route.
    Patrice

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s