La petite île de Skinoussa, par Ph. Rigaud

Nous repartons d’Amorgos en début d’après-midi pour rejoindre la petite Skinoussa qui fait partie d’un archipel, les petites Cyclades, composé de quatre ou cinq îles peu importantes en dimension, sans compter quelques écueils, dont celle d’Iraklia que nous avions visité un mois auparavant.
Le transit est mouvementé car dés passé la pointe nord d’Amorgos, le vent de N est particulièrement fort et la mer s’y adapte avec zèle. On est passablement bousculé pendant un bon moment. Comme nous atteignons la côte sous le vent de l’île de Keos nous sommes un peu plus protégés de l’assaut compulsif des vagues et nous trouvons un mouillage propice et ensoleillé pour la trêve de midi et du repas qui va avec. Cécile se propose d’agrémenter ledit repas avec quelques oursins qu’elle va recueillir à la nage et en apnée sur les rochers proches. Parallèlement, nous allumons un feu dans le barbacoa pour griller deux beaux tautenis (calamars) que Julien a eu la l’habileté de pêcher la veille.
Cet excellent repas englouti avec gratitude, nous repartons pour rejoindre cette fois le but de la journée. Heureusement, aidés par la côte de Keos et le peu de distance à parcourir, nous parvenons sans trop de bousculades près du petit port de Skinoussa. Pour le moment, la place convoitée sur le petit môle de ce petit port est occupée par un petit pétrolier qui livre son chargement. Renseignement pris à portée de voix, il quitte les lieux vers 18 heures. On attendra en pêchant dans la baie de Vathy, un mouillage proche.
Le pétrolier parti, nous nous installons à quai et prenons possession du site (si l’on peut dire) en tentant de pêcher les tautenis en compagnie des pêcheurs locaux (en ayant auparavant refait provision de bigorneaux pour servir d’appâts).
A marquer d’une pierre blanche, le repas du soir avec une excellente soupe de poissons pêchés à la palangrotte par Julien et Jean-Philippe, sarrans et girelles, rouille et croûtons. Du frais et du meilleur.
Le lendemain, nous allons visiter le village, tout proche, à un kilomètre du port.
Comme dans la plupart des localités visitées peu d’activités visibles, la majeure partie des maisons sont fermées, mais nous arrivons à trouver un café ouvert pour un moment agréable en terrasse au soleil de cette fin de décembre 2007.
Encouragés par la pêche aux oursins de la veille et après repérage, nous allons nous installer sur les rochers à proximité du port, rochers favorables à la présence des ces intéressants échinodermes et entamons un pique-nique bien fourni. A la suite chacun vaque à ses activités favorites. De mon coté, je pars en solitaire faire une randonnée dans un vallon. En cours de ballade, ayant escaladé quelques murs et sauté d’autres, je parviens au point culminant de l’île (133 m) où se trouve un ancien moulin à vent. Un très beau point de vue sur presque toute l’île et au delà vers Iraklia et Naxos respectivement à l’ouest et au nord.
Du moulin, le toit a disparu, mais le mécanisme (lanterne, axe, roue dentée tout cela en bois) est encore présent, bien qu’abîmé et désaxé. La tour reste encore en assez bon état et sur la porte encore en place une planche porte une date (?): 1487 et un fragment d’écriture gravée subsiste sur une autre.
Je doute cependant que la gravure de la date (?) soit d’époque, l’écriture des chiffres ne parait pas correspondre à la graphie de cette période. Il suffirait de relativement peu de travail pour restaurer ce beau monument et d’en faire un but de randonnée intéressant d’autant qu’il est repéré sur la carte touristique affichée au port (point culminant, panorama, technologie vernaculaire…).
De leur coté Cécile et Jean-Philippe ont mis un kayak à l’eau pour une petite randonnée dans les eaux calmes de la côte sous le vent. Je retourne au Manguier par un long détour (de nouveaux murs sautés et escaladés) au moment où ils remettent en place leur embarcation et à celui de la rapide arrivée du ferry biquotidien de la Small Cyclades Line et de sa brève escale.
Nous achevons notre petit séjour à Skinoussa en allant souper dans un petit restau resté ouvert dans le village. Ambiance grecque avec apéro prolongé des nombreuses personnes présentes, musique traditionnelle (disques) et télé allumée. Bon repas, simple et copieux.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s