Karin HUET

Karin HUETEn 1989, j’ai commencé à pagayer sur des kayaks de type ouest-groenlandais.

Plus tard, j’en ai construit deux traditionnels, en bois et en peau (de kevlar), avec l’aide de l’atelier Norsaq.

En 1993, Jørn Riel est devenu mon écrivain fétiche.

En 2009, à bord du Manguier, dans le Passage du Nord-Est, pour la première fois j’ai reluqué des ours polaires et touché des glaces dérivantes.

En 2014, j’ai nagé deux jours d’affilée le long de la Côte Bleue tout en écrivant sur papier polyester le poème «Je veux vivre comme une otarie».

Bref, je suis prédestinée à cette résidence Uummannakique et Mangonautique dans le sillage de Jørn Riel et de Sedna.

Sérieusement : je suis écrivain, surtout écrivain de mer et de voyage. À ce jour, j’ai publié 16 livres, tant chez de petits éditeurs indépendants que chez des éditeurs de grande diffusion tels que Gallimard ou Glénat. J’ai participé en plus à 6 ouvrages collectifs. J’ai souvent collaboré avec des plasticiens. J’aime désormais lire à voix haute en public. Voire chanter ! Je me suis formée récemment en art du mouvement.

Plus sérieusement : depuis ma naissance en 1953, j’ai bourlingué. Je suis devenue friande de la diversité du monde, physique et humain. Curieuse d’en tâter avec tous mes sens, en me déplaçant à l’huile de coude si possible. Heureuse d’en transcrire les goûteuses particularités, à l’encre de seiche, au stylo à bille ou à l’encre d’imprimerie. Maintenant, comme beaucoup, je suis inquiète de l’occidentalisation galopante et catastrophique de la Terre. Je crois qu’il est important de rester vieux. Je veux être une balise-mémoire pour mon petit-fils.

Derniers textes publiés :

Un périple en Patagonie, La Part Commune, 2010. Huit bouffées de sagesse papaoute, Gros Textes, 2010. Le vieux qui gardait la mer, Le chien du vent, 2012. Onze lunes au Maroc, Gallimard, 2012. Poèmes à l’encre de seiche et d’encornet, Gros Textes, 2013. Le cul sur la Terre sacrée, Plaine Page, 2014. Ouessant la nuit, Apogée, 2014. Montrer les menstrues !, Gros Textes, 2015.

Pour en savoir plus :