Bleu mazette, par Heliabel Bomstein

Je ne dirai plus que la neige est blanche. Depuis mon arrivée à bord, la mer, les montagnes et la banquise changent de masque et de visage tous les jours, toutes les heures, au point d’en épuiser mon vocabulaire de couleurs. Je ne dirai plus que la neige est blanche. La neige est bleu électrique en congères entre la terre et l’eau. La neige est violette, rose, orange ou verte dans le soir qui penche, jaune, ciel et rose dans le jour qui s’étire. La banquise est bleu cyan en couches fines au dessus des vagues, gris souris dans les failles gelées au matin. La glace change de couleur pour s’assortir aux jupes du ciel : blanc cassé, bleu foncé, rose, bleu pétrole, vert amande, jaune poudré, indigo, violet, blanc coquille d’œuf, noir, pourpre, brun clair, etc. Il faudrait inventer de nouveaux mots pour rendre justice à cet étrange arc-en-ciel. Ni mes yeux ni ma langue ne me semblent assez grands ici. Aussi, hier, création du « bleu mazette » à bord.


2 réflexions sur “Bleu mazette, par Heliabel Bomstein

  1. Superbe ! Il est très beau ce bleu mazette !
    Comme c’est drôle de penser qu’il y a quelques jours encore, nous marchions sur cette étendue qui maintenant se morcelle et se liquéfie …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s