Murmures de corbeaux, par Férial

À vif, 12 mars, Akunaaq

Voilà, j’y suis. Dans le blanc, la brume, les corbeaux, le beau. Crow, crois au merveilleux. Mes pas dans la neige, les flocons sur mes cils, les pupilles translucides, la glace sylphide. Les cristaux sur mes cheveux, ça fait des reflets dans mes yeux.

Les gouttes de givre sur la peau, dans les os. Fait froid, ça brûle parfois. En intraveineuse, à cent pour sang dans les artères.

Voilà, j’y suis. Dans mon monde, mon humeur délétère.


6 réflexions sur “Murmures de corbeaux, par Férial

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s