Retour au Manguier, par Phil le marin

Le retour depuis Paulatuk a été motorisé. Jonah et Maya ne voulaient pas nous laisser rentrer à pied, ni accepter l'idée qu'Agathe marche encore 30 kms ! L'une prête son quad à l'un, qui en emprunte un second au PHTC (Paulatuk Hunters and Trappers Comittee). Ça prend un peu de temps de se mettre en route, comme souvent ici (mais ailleurs aussi !), et à 16 h nous partons. Les filles avec Jonah qui fait la route, moi derrière avec Patrick, un jeune gars sympa (comme tous ici) qui avait envisagé un moment de travailler avec moi sur l'étude toponymique du coin … envisagé seulement malheureusement.

Le soleil est de la partie, mais le fond de l'air est frais comme dirait l'autre. La toundra est resplendissante, par endroit déjà couverte de fleurs. Les kilomètres sont avalés au rythme chaloupé du quad, et très vite nous sommes dans Argo Bay. Une pente neigeuse entrant profondément dans la baie empêche nos conducteurs de nous amener plus loin. On finira à pied ! Nous faisons halte pour un pic-nic. En 2 secondes, Jonah a démarré un feu, sorti de son sac du caribou séché (le fameux pemican !). Nous paressons dans l'herbe, au soleil, autour du feu. "We are not on a rush" nous disent ils. "We have plenty of time". Ça, c'est l'art de vivre eskimo ! Pas étonnant que ça n'est pas plu aux blancs nord-américains, toujours préoccupés par le rendement et l'efficacité …

On se sépare, et nous les accompagnons du regard un bon moment avant de nous remettre en route. Une toute petite heure de marche et nous voilà devant le bateau. Avec deux facteurs à prendre en compte: la marée est haute, la glace a sacrément fondu. On cherche, on cherche. Pas facile de trouver un passage. C'est même impossible !

Manguier arrière
Mais l'équipage du Manguier a plus d'un tour dans son sac ! Nous repartons à terre, pour y récupérer bout de planches et vieux timon de remorque. Trash Point a enfin son utilité ! En route ! De failles en failles, nous progressons lentement. Le passage sur notre pont levis de fortune n'est guère rassurant, mais personne ne se met à la patouille ! Quant au Manguier, il a inversé la vapeur. Si, il y a quelques semaines, il avait levé son étrave, maintenant c'est la poupe qui s'est soulevée. Ça boulègue là-dessous ! Les trous dans la banquise montre que son épaisseur s'est réduite à quelques dizaines de centimètres au plus (peut être 30 cm maxi), et je sens que d'ici peu nous serons à flot, mais entourés de glaces … Va donc falloir construire un quai sur la banquise, pour s'y amarrer en attendant la fonte complète dans la baie ! Pfuit … jamais tranquille dans ce coin … en plus, gros nounours s'en prend au siège de notre moto neige laissée sur la rive … 

  Salopiot


Une réflexion sur “Retour au Manguier, par Phil le marin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s