du 10 au 20 juillet: Bodö – Tromsö, par la nouvelle équipe

A Bodö, Colette et André nous ont quitté pour être remplacés par l'équipe de choc Ducos and Co … voici leurs écrits et quelques unes de leurs photos (difficile sélection dans les 9847 prises de vue effectuées durant le séjour …)
Nous sommes partis guillerets de Bodo plein d’enthousiasme pour la grande aventure du Grand Nord et sous un soleil digne de la Corse. Qui a fait la liste des vêtements de bord à emporter : polaire, bonnet gants, chaussettes en laine…..déjà nous manquent le short et le maillot de bain …

Les Lofoten bénéficient vraiment d’un micro climat elles aussi et  heureusement les crèmes solaires Clarins sont en abondance à bord. Malgré ce beau temps pas question de se ramollir et de se faire bronzer, le capitaine s’escrime à former son nouvel équipage à certaines manœuvres essentielles et basiques telles que remontée et descente de l’ancre et de l’annexe. . Sans oublier les consignes de bord : économiser l’eau, fermer les capots dès qu’un grain arrive et surtout, indispensable, le mode d’emploi des toilettes..
DSC_0312

DSC_0477

Nous avons longé les 2 première  îles Rost et Vaeroy accompagnés par les bateaux Vikings et les globicéphales très joueurs pour mouiller au sud de la troisième île Moskenesoy. On pourrait croire que le mouillage a été choisi pour  nos mémoires défaillantes A mais cette simple lettre cache des .subtilités de prononciation ; il faut dire AU  Premier contact avec les autochtones, des pêcheurs de morue et des touristes pêcheurs qui louent des petites baraques de pêcheurs rouge foncées- les Rorbuers – et première bière dans l’unique estaminet au son des cris des mouettes et cormorans «  vos gueules les mouettes  on n’a pas pu résisté !)(.
La soirée s’est étirée en longueur , inutile de compter sur la lune pour donner le signal du coucher. Le soleil de minuit existe, nous l’avons vu.
Première randonnée à la découverte des paysages et de la flore . Pas de surprise pour ce qui concernent les fjords et les lacs , en revanche les montagne nous narguent de leur hauteur .
Après avoir longé un lac dont les eaux limpides sont attirantes , nous grimpons à la norvégienne c'est-à-dire à la verticale ( pas de lacets dans ce pays sauf sur les bottes en caoutchouc) jusqu’à un col qui nous offre une superbe vue sur un autre lac et la mer. A la descente nous goûtons la douceur et le moelleux des mousses qui recouvrent le sol, incitation irrésistible à la sieste confortable que rien ne trouble – pas d’insectes dans ce pays

DSC_0613

Notre second arrêt nous a permis de découvrir ce qu’offre une petite ville des Lofoten –
Reine- un bistro/resto unique à un bout de la baie et un marchand de poissons à l’autre bout après une bonne heure de marche. Le rythme est pris : rando , petite bière, manœuvres et bien sur on ne badine pas avec les repas et l’apéro du soir ( on a décidé de la jouer SAIN et de ne boire que le soir !!!! personne n’ose revenir sur cette décision contestable )

Peu de contact avec le Norvégien qui se couche tôt sauf Pior qui après nous avoir fait quitter une zone réservée aux oiseaux où nous avions mouillé s’est montré très accueillant et nous a offert des baies artics de sa récolte 2008 ( la 2009 arrive fin. juillet)

DSC_0695

Les îles se succèdent,  montagneuses pour la plupart,  leur rivage accueillant des petites maisons de pêcheurs souvent rouges .Nous découvrons les oiseaux de ces rivages : macareux  sternes, huitriers pie, guillemots miroir et autres non identifiés.
Un grand moment parmi les grands moments : le Trollfjord que nous remontons à la voile . Puis à la sortie des Lofoten encore sous le soleil ardent  quelques courageux se lancent à la mer, l’eau est à 13°6 , ils inspirent le respect ! de ceux restés à bord , plus nombreux!!

Les Lofoten s’éloignent, les Vestraalens autre archipel au nord se profilent . Enfin le climat attendu : brume, froid, et un peu de crachin et on peut enfin sortir notre garde de robe norvégienne. Ces îlessont plus austères , est-ce dû au temps , bien que moins montagneuses et plus cultivées sur les rivages. Nous y verrons nos premiers animaux sur pattes : vaches,moutons et chèvres. Quelques ballades à terre, une le long de la cote comme mise en jambes et une à la recherche des lacs . Les bistrots se font de plus en plus rares.

Avant d’atteindre Tromso, le capitaine qui lit dans les cartes mieux que personne décide de monter vers l’ouest découvrir un chapelet d’îles Sommeroy. Quel coup de génie car il a aussi commandé le beau temps . Le lieu est somptueux : une myriade d’îles , ilots et cailloux , des falaises qui tombent à pic, des collines arrondies couvertes de mousses accueillantes et des petites plage au sable blanc et à l’eau limpide et ….fraîche. Sans oublier les belles maisons rouges ou blanches aux jardins très apprètés, les classiques bateaux de pêche. Une petite escalade nous permet de découvrir toutes ces ilots et cailloux répartis avec beaucoup d’harmonie dans cette mer aux bleu changeants. Raté pour le soleil de minuit que nous sommes bien décidé d’aller débusqué en haut de la petite montagne mais les nuages arrivent sous le coup de 11h et changent nos projets. Nous avons suscité plus de curiosité que d’ordinaire , toutes les générations sont venues nous causer et certains nous ont offerts des cadeaux de bienvenue : morue séchée et bière locale.

P7110027

P7130158  

La route vers Tromso passe par la fameuse île qui abrite les bœufs musqués que seuls les très chanceux peuvent voir ,

 NDLR: le texte finit un peu en queue de morue … peut être aurez vous droit à la suite prochainement …


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s