La légende de Sedna

On dit qu’il en existe autant de versions que de villages … On peut néanmoins la résumer ainsi :

Il était une fois une jeune fille très belle, en âge de se marier qui dénigrait et refusait tous ses prétendants. Elle s’appelait Sedna. Elle possédait une chevelure d’une beauté exceptionnelle. Un jour, par ruse, elle fut séduite par un mauvais chaman, ou par un homme-oiseau, qui l’emmena dans son île. Malheureuse, elle implorait son père pour qu’il vienne la chercher. Celui-ci finit par entendre ses plaintes. Il embarqua alors sur son kayak, la récupéra et reparti en mer avec elle. Voyant Sedna s’enfuir, son mari, doté de pouvoirs surnaturels ordonna à la mer de se déchaîner. Une vague plus forte que les autres projeta Sedna à l’eau, elle tenta de s’agripper au kayak mais son père, comprenant qu’il ne pourrait avoir la vie sauve tant que sa fille serait à bord décida de la laisser en tribu à la mer. Tapant à grand coup de pagaie, il trancha les doigts de Sedna afin qu’elle lâche prise. Au contact de l’eau, les phalanges et les mains de Sedna se transformèrent et donnèrent naissance aux poissons et à tous les mammifères marins. Ne pouvant se raccrocher, Sedna sombra au fond de l’eau où, depuis, elle réside comme déesse de la Mer.

Mais son histoire ne s’arrête pas là. En effet sa relation avec les Inuit se poursuit de génération en génération. Lorsque les hommes se conduisent mal, ne respectent pas les tabous, leur comportement offense la déesse. Celle-ci, au plus profond de l’océan, tombe dans une sorte de dépression, et ses cheveux immenses qu’elle ne peut plus peigner se transforment en filets meurtriers, emprisonnant ainsi poissons et mammifères marins. A terre, privés de la venue des animaux marins, la famine se fait vite sentir chez les Inuit. C’est alors qu’il faut intercéder en faveur de la déesse. Pour cela, un chaman pourvu d’un peigne sacré part apaiser la colère de Sedna. Il lui chante une prière et tout en lui démêlant les cheveux libère ainsi les mammifères marins retenus prisonniers. Les Inuits peuvent à nouveau pêcher et manger.

Un miroir de notre situation écologique actuelle

Cette légende comporte une symbolique très forte. Si on relie ce mythe à la situation actuelle de notre écosystème marin, on s’aperçoit que la légende dépasse le folklore inuit pour acquérir une dimension universelle. L’aspect emblématique de la légende par rapport à l’écologie apparaît de façon particulièrement frappante. Sedna en tant que déesse offensée est une métaphore des outrages perpétrés sur la mer. La légende devient emblématique voire prémonitoire.

On peut aisément établir un parallèle entre la surpêche, la pollution, la raréfaction des espèces marines et le comportement des hommes qui offense la déesse dans la légende. Les cheveux de la déesse deviennent autant de métaphores illustrant la pollution, les filets dérivants ou le chalutage à outrance liés à l’activité industrielle actuelle, cause de la disparition des espèces marines.

 

Sedna vue par Cécilie, 13 ans, élève à Uummannaq, Groenland