Elle est tombée dans une crevasse ! * par Léo

Tout peut aller très vite…C’était une journée qui commençait bien. Temps ensoleillé et ciel bleu. Pourtant, en l’espace de quelques secondes, la situation s’est corsée. Elle est tombée dans une crevasse…

***
Lili voulait m’accompagner pour explorer le nouveau territoire.

1er pas.
Le craquement de la neige. L’incertitude de la profondeur.
Le pied qui s’enfonce sur 10cm

2ème pas.
La surprise. S’arrêter un instant et entendre sa voix.
– « Léo, je crois que je suis coincée. J’aurai besoin d’aide. Je suis en train de perdre ma chaussure. Elle reste coincée sous le poids de la neige ! » Elle est sereine et calme. Son pied s’est enfoncé sur environ 1m de profondeur et il est bloqué dans une micro cavité. La neige arrive au niveau de sa taille. Son pied lui fait mal, peut-être une entorse ?
– « Enlève ton pied de la chaussure, ça sera plus facile pour la déterrer » D’un commun accord, elle retire son pied. Et soudainement, la botte se remplit de neiges en quelques secondes.

Bilan de la situation :
Elle se retrouve assise par terre avec le pied à l’air. Il est mouillé, il fait -20°C et il y a du vent…
Mauvais calcul…Décharge d’adrénaline.

Le chronomètre commence. Je me rends compte de la bêtise qui vient de se produire.
Je sens le « tictac » qui résonne dans ma tête. Elle est sereine et calme mais ma tête est en ébullition…Tictac…Pendant que je déterre la chaussure, je pense à un plan B…On est au milieu de nulle part, à 1h de marche à pied du village. Seule solution : déterrer la chaussure.
Tictac…La botte ne vient pas ! Je la tire dans tous les sens mais elle reste prisonnière des roches.
J’ai l’impression que plus j’élargis le trou, plus la neige s’infiltre autour de la chaussure obstruant ainsi son ouverture
– « Ca va Lili, ton pied?
– Euhhhh ca commence à faire un peu froid »
– « Ok il faut que tu bouges ton doigt de pied.. Mets ton pied dans ton autre botte. Et puis mets ce gant sur le pied et ce serre-cou.
…1 minute
…5min
…15min
…Je commence à être épuisé. J’agrandis le trou et je secoue la botte en essayant de la remontée.
…20min
Elle commence à sortir…ohhh encore un peu !
C’est bon !!!

Cette chute serait anecdotique en France. Ici, en Arctique, la temporalité est complètement différente. Les paysages semblent figés mais un simple petit accident peut prendre des proportions importantes. Bien sur, ces quelques mots sur les dangers de l’Arctique n’enlèvent rien à la féérie des paysages. Il faut juste rester sur ses gardes.

Prochain sujet ? La féérie de la pierre

*NDLR: les articles publiés dans ce blog le sont sous l’entière responsabilité des auteurs ! Ne jamais oublier que l’Arctique est la terre des racontars …


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s